lundi 30 mars 2015

L'herbothèque, et la première médecine

http://www.herbotheque.com/nos-formations/informations-generales/

Projets de développements domiciliaires durables: P3D

http://www.habitatmultigenerations.com/solutions-d-habitation/projet-de-developpement-domiciliaire-durable/principes-d-amenagement.html

Messages pour l'assemblée constituante provisoire du Québec: www.acrq.org

  1. Bonjour. Je pense, je constate qu’il n’y a pas d’échancier ni de plan d’action . IL devrait y en avoir un.Je pense que dans le plan d’action il faudrait prendre soin des constituants, au point de vue santé, finances, habitat. Par exemple, pourquoi pas un éco-hameau par région avec minis maisons, jardins collectifs, genre celui à Lantier?Chaque éco-hameau aurait une coop santé et une créativité financière à offrir
    • lundi 30 mars 2015 at 18:17
      Your comment is awaiting moderation.
      J'oubliais: il y aurait un conseil de vie démocratique dans le hameau, dont un début de démocratiqe territoriale, provenant de la base.
  2. .http://www.habitatmultigenerations.com/solutions-d-habitation/projet-de-developpement-domiciliaire-durable/regions/laurentides-les-hameaux-de-la-source.html
  3. lundi 30 mars 2015 at 19:12
    Your comment is awaiting moderation.
    LA PRESSION. Ce qualificatif est extrêmement important dans notre entreprise démocratique mais il est superbement non défini. QU’es-ce que la pression, de quelle nature entend-on en faire, qui la fera, à quel moment, de quelle manière, au nom de qui, et auprès de qui, et décidé par qui?
    Il y a au moins trois facteurs qui entrent en ligne de compte: le nombre ( 100,000), le temps ( le rythme, le moment, les intervalles, les répétitions) l’espace( où),
    Il y a des qualités: l’intensité, la variabilité, l’évaluation du succès, la densité.
    Le courage, individuel et collectif, l’audace, le respect etc.La confiance en soi.
    Il doit y avoir le moins de choses indicibles et non dites. Nous devons être clairs et non violents et démocratiques, cela va de soi.

Laisser un commentaire

samedi 28 mars 2015

Vidéo Belge sur la dette.

http://www.pauljorion.com/blog/2015/03/26/ulb-paul-jorion-et-bruno-colmant-la-crise-en-europe-fatalite-ou-opportunite-a-bruxelles-le-19-mars-2015/

jeudi 26 mars 2015

Iségoria, idée de la Grèce antique,

Que signifie le terme Isegoria?

Le terme Isegoria est une notion provenant de la démocratie athénienne antique qui garantissait à tous les citoyens un accès libre et égal à la parole au sein de l’assemblée des citoyens. Le principe d’isegoria y était primordial. N'importe quel citoyen pouvait prendre la parole et proposer une motion lors de l'Ecclésia. Cette assemblée de citoyens se réunissait sur la colline de la Pnyx et les votes se faisaient à main levée et à la majorité simple. C’éait le concept de la démocratie directe.

Le projet de débat Isegoria

A l’heure où l’on parle de plus en plus de la crise de la représentativité des citoyens par les politiciens, il nous parait important de multiplier les occasions de donner la parole à tous.
Isegoria.org est un projet d’échange d'idées établi sur Internet. Isegoria a pour objectif d’offrir une plateforme librement réutilisable, neutre et où chacun peut apporter sa contribution. L’objectif d’Isegoria.org, est de permettre à chacun de s'exprimer, quels que soient leurs parcours, leurs orientations politiques, leurs confessions ou leurs idéologies. Le but est de débattre et d'échanger à propos de grands enjeux qui font le monde d’aujourd’hui et feront les mondes de demain. Sur ce site, vous disposez d'une tribune sur le web qui vous permet de traiter de tous les sujets.

Et pour Étienne Chouard, dans le site Internet: Le Plan C ( Chouard)

L'isegoria, 
droit de parole pour tous, à tout moment et à tout propos : 
l'institution centrale de la démocratie ;
celle qui, grâce à des milliers d'yeux de citoyens vigilants, protège le mieux et le plus durablement les institutions 
contre les oligarques.

Bienvenue à l'assemblée l'Assemblée constituante provisoire du Québec

https://www.facebook.com/groups/551595981632495/permalink/695504243908334/

Le temps choisi ( mine de rien, 90 pages de bonne lecture)

http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-4285.html

http://docs.eclm.fr/pdf_livre/169LeTempsChoisi.pdf

http://blogs.univ-tlse2.fr/cerises/files/articles-1999/focus-le-temps-choisi.pdf


Le temps choisi

http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-4285.html

La dette écologique

http://www.objectif-france.org/of/p/301-energie.html

Il est question dans cet article, de démocratie énergétique et du lien avec les smart grids. Je suis d'accord, à la condition que ces nouveaux moyens de transport d'électricité soient faits sans ppllution électromagnétique.

D'autre part, permettez-moi de partager une citation de Bertrand Piccard, très XX1 ième siècle, car B. Fuller a dit une chose semblable au XXième: " Avec les énergies fossiles, nous vivons à crédit sur le futur, en grignotant petit a`petit notre capital. "

Du nouveau sur l'avion solaire

http://cdurable.info/Solar-Impulse-avion-solaire-Bertrand-Piccard,3452.html

Une critique du travail de Joanna Macy

http://eco-psychologie.com/recherche/analyse-critique-de-ecopsychologie-pratique-rituels-pour-la-terre-de-joanna-macy/

Le désespoir environnemental, comment l'aborder

http://la-saint-chronique.ch/travailler-travers-desespoir-environnemental/

Le travail qui relie,de Joanne Macy

http://www.roseaux-dansants.org/jm.htm

The Great Turning: le point tournant. Un chapître ( en anglais du travail de Joanne Macy Comme Robert Jay Lifton, elle a examiné l'engourdissement psychologique Psychic numbing

http://www.newsociety.com/var/storage/blurbs/9780865717756_excerpt.pdf

mercredi 25 mars 2015

Un mot de Buckminster Fuller, important, depuis 1969!

Jje prends maintenant une forme de recul avec cet homme qui disait en 1983 que nous vivons une crise d'ignorance:Je sors un vieux livre de Buckminster Fuller: Le manuel d'instruction pour le vaisseau spatial terre.Et qu'est-ce que j'y vois? Cette citation: ..." L'humanité aura compris et reconnu en conscience qu'elle ne peut se payer rien d'austre que l'ensemble de ce qui correspond à ses besoins réels; elle pourra aussi faire tout ce qu'elle désire.Conséquemment, une humanité qui aurait encore comme base la planète Terre, au XX1ième siècle aura un succès physique et économique; elle sera également livre dans l'acceptation du terme la plus vraie" p. 96 et page 116: " Quand la société aura compris que la richesse est à chacun, comme le sont l'air et la lumière du soleil, on ne considérera plus comme un acte de charité de fait d'accepter u niveau de vie élevé sous une forme de bourse annuelle de recherche et de développement."

Vidéo sur les dettes

https://www.youtube.com/watch?t=361&v=Hj35Pjbdmas

C'est facile!

La question de l'énergie: tout est trop centralisé.
La question de la nourriture: tout est trop centralisé.
La question adminstrative et politique au Québec: tout est trop centralisé ( record au monde; voir: Libérer les Québecs).
Que commence la deuxième révolution tranquille, sur la décentralisation, ( et la démocratie territoriale)

Théâtre sur le système financier

http://www.lucernaire.fr/beta1/files/DOSSIER%20PEDAGOGIQUE%20Argent%20Dette%20et%20Music%20Hall_MD.pdf

http://www.regarts.org/Theatre/le-systeme.htm

La prévention dans les quartiers en santé

http://w3.uqo.ca/giresss/docs/5.LAPIERRE.pdf

Coopératives de santé et groupes " Hans"

http://w3.uqo.ca/giresss/docs/6.Turcotte_Mireault.pdf

mardi 24 mars 2015

Par notre propre énergie: vidéo et site inernet

http://www.rncreq.org/par-notre-propre-energie-p26.html

http://www.par-notre-propre-energie.com/regions/cre-monteregie

Bénéfices monétaires de réduire la consommation de pétrole

http://www.par-notre-propre-energie.com/pdf/RNCREQ_Corrections_resume_etude_economique_LR.pdf

Apolitique??: lettre envoyable à partir du site: Échec aux paradis fiscaux.

Madame la Ministre,
Messieurs les Ministres,

Avec les révélations qui fusent de toutes parts, il devient évident que des milliards de dollars échappent aux trésors québécois et canadien en raison de l’utilisation des paradis fiscaux par des sociétés et des individus fortunés. Cette situation m’inquiète!

Selon Statistique Canada, en 2011, le troisième et le quatrième pays où des Canadiens mobilisaient le plus de capitaux au monde n’ont rien de pôles industriels. Ils ont en effet placé plus de 53 milliards de dollars à la Barbade et près de 26 milliards de dollars aux Îles Caïmans. Cette année-là, les Canadiens possédaient des actifs totalisant près de 140 milliards de dollars dans six principaux paradis fiscaux.

Ce sont des sommes qui ne rapportent pratiquement aucun impôt dont nous avons pourtant grandement besoin pour financer nos services publics et nos programmes sociaux.

Nous devons avoir une idée plus précise des sommes totales qui échappent aux trésors québécois et canadien par l’utilisation des paradis fiscaux. Je prie donc instamment les gouvernements du Québec et du Canada de publier des estimations officielles du montant des recettes perdues en raison des paradis fiscaux, comme l’ont fait d'autres pays, notamment le Royaume-Uni.

J’envoie une copie de ce message à mes députées et députés afin qu’ils soient au courant de mes préoccupations et qu’ils puissent faire un suivi en procédant à leurs propres demandes.

Je vous prie d’agréer Madame et Messieurs les Ministres, l’expression de mes sentiments distingués

Justice fiscale pour éviter l'austérité sociale

http://www.echecparadisfiscaux.ca/

et réseau pour une justice fiscale

http://rjfqc.org/

Ne pas oublier de s'opposer au fait que le Gouvernement emprunte aux banquees privées contre intérêt au lieu de la banque centrale sans intérêts. Voir: La dette publique , une affaire rentable.

lundi 23 mars 2015

Vous connaissez le livre: Abolir les partis politiques de Jacques Lazure?

http://abolirlespartispolitiques.ca/le-livre/

Liberté d'expression au Québec? ( selon ailleurs)

http://cadtm.org/Anniversaire-de-la-Declaration-des

Que faire avec la dette sociale?

Il y a la dette écologique... mais aussi la sociale.

http://cadtm.org/IMG/pdf/dette_sociale_08-01-15.pdf

Audit citoyen de la dette publique: expériences et méthodes, un livre!

http://cadtm.org/IMG/pdf/Audit_Livre_FRANCAIS-1.pdf

Comité pour l'annulation de la dette du tiers-monde

http://cadtm.org/spip.php?rubrique3

Appel pour un audit... en Belgique et ici??? :)

https://www.facebook.com/notes/et-si-on-arr%C3%AAtait-de-payer-/appel-aux-organisations-et-mouvements-qui-veulent-travailler-sur-un-audit-citoye/609566142402181

Audit sur la dette publique en Grèce. À quand ici??? :)

http://www.lecho.be/detail.art?a=9612658&n=7964&ckc=1

Collaboration humano-animale intéressante!

https://www.youtube.com/embed/kLMbePMdNOY

dimanche 22 mars 2015

Identité québécoise de source amérindienne: film L'empreinte

SVP voir mon blogue: À la recherche du Québec original et originel, en cliquant sur mon nom au bas de chaque article. Merci!

La démocratie sanitaire avec André Cicolella, auteur de: Planète Toxique.

http://local.attac.org/attac92/IMG/pdf/Le_defi_des_epidemies_modernes.pdf

Le modèle de Samso au Danemark, autonome en énergie

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sams%C3%B8

http://www.faiteslepleindavenir.com/2010/12/10/samso/

LE MINI ÉOLIEN

http://www.faiteslepleindavenir.com/2010/12/10/samso/

ÎLES DES ÉNERGIES RENOUVELABLES, AU DANEMARK      ET LES ÎLES DE BOUCHERVILLE??????????????????????????

http://fr.myeurop.info/2010/12/29/samso-l-ile-verte-913

http://www.liberation.fr/sciences/2008/11/04/sams-belle-ile-en-vert_157701

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/5382/samso-ile-suffit-elle-meme-bio-ecologie


http://www.mamrot.gouv.qc.ca/pub/developpement_regional/ruralite/groupes_travail/Samso.pdf

http://ec.europa.eu/regional_policy/index.cfm/fr/information/videos/423

http://energiakademiet.dk/en


La démocratie sanitaire

http://www.ars.iledefrance.sante.fr/Democratie-sanitaire.81526.0.html

La démocratie énergétique

http://www.world-psi.org/fr/le-changement-climatique-la-democratie-energetique-et-le-role-des-syndicats

et:

http://www.liberation.fr/terre/2012/01/27/nous-devons-inventer-une-democratie-energetique_791763

Nouvelles de l'avion solaire

http://www.solarimpulse.com/multimedia

https://www.youtube.com/watch?v=VfdVCuEp7Ac

Résistance et démocratie, pour contrôler nos ressources, Roméo Bouchard interviewé= la CONSTITUANTE!

https://www.youtube.com/watch?v=f53uZsqDqKo

Vous voulez vous prendre en main et contrôler vos ressources? La démocratie territoriale, vue par Roméo Bouchard

http://www.journalensemble.coop/article/2015/03/miser-sur-la-souverainete-municipale-et-regionale/793

Un article du journal Ensemble sur un texte de Roméo Bouchard: la souveraineté régionale

http://www.journalensemble.coop/article/2015/03/miser-sur-la-souverainete-municipale-et-regionale/793

Le renouvellement de la démocratie par la Constituante et la fameuse décentralisation, par Roméo Bouchard, un vidéo!

IL s,agit de la décentralisation des décisions et de l'exécution du pouvoir par des instances territoriales qui permettraient aux citoyen(e)s de prendre des décisions à partir de ce qu'ils et elles veulent.

https://www.youtube.com/watch?v=IVQzjzAaSGo

samedi 21 mars 2015

La décentralisation, ou plutôt la démocratie régionale, ou plutôt le pouvoir citoyen, de René Lévesque à Roméo Bouchard.

Chroniques d'Yvon Paré portant sur la littérature québécoise.
jeudi 6 décembre 2007
La décentralisation relancera-t-elle le Québec?
http://1.bp.blogspot.com/-x8oV0iw2CIg/ToBhFfEaRFI/AAAAAAAAAkU/C9k0nK55ocI/s320/images.jpeg
On ne peut reprocher à Roméo Bouchard de manquer de suite dans les idées. Au cours de la dernière année, il a signé deux ou trois ouvrages qui permettent de réfléchir au développement du Québec. Après s’être demandé si les régions ont un avenir, analysé la marche de la Belle province depuis la Révolution tranquille, il s’est attardé à l’énergie éolienne et à la main mise des multinationales sur une richesse qui fait rêver bien des dirigeants régionaux.
Avec des collègues de la «Coalition pour un Québec des régions», il se penche dans «Libérer les QuébecS», sur la décentralisation et la représentativité qui font les manchettes depuis trente ans. Des idées que les élus s’empressent d’oublier une fois installés à l’Assemblée nationale.
Ce que propose la Coalition pour un Québec des régions, (signalons la participation de Marc-Urbain Proulx et Denis Trottier à cet ouvrage) est «ni plus ni moins qu’une deuxième Révolution tranquille, axée sur la réappropriation du territoire et de la gouvernance par les citoyens et les communautés, un État régionalisé et démocratique.»
Les rédacteurs évoquent René Lévesque qui établissait les grandes lignes de sa pensée dans «un livre blanc sur la décentralisation» publié en 1977. Il rêvait d’un Québec plus près de ses citoyens. «Un vaste projet collectif qui renouvellera notre façon de vivre en société et de s’administrer», écrivait-il. Pour des raisons technocratiques et politiques, le projet a été étouffé dans l’œuf. Une résistance qui dure depuis une trentaine d’années, qu’importe les partis politiques qui se succèdent à l’Assemblée nationale. Le Québec est un état «l’un des plus centralisés au Canada et dans le monde» où l’on prend plaisir à confondre «réaménagement» et «restructuration» avec «décentralisation».
«La «décentralisation», c’est un mot technocratique. Le vrai nom, c’est: «démocratie régionale». Comme dans toutes les formes de démocratie, le cœur de l’affaire, c’est le pouvoir citoyen. Ce n’est pas d’abord une affaire de structures, de services, ni de budgets, c’est une affaire d’aménagement de l’État par un transfert de pouvoirs vers les citoyens.» (p.45)

Scrutin proportionnel

Pour relancer la vie économique et politique du Québec, le collectif n’oublie pas le «scrutin proportionnel» qui fait consensus dans la population depuis des décennies. Roméo Bouchard va plus loin en prônant une «politique d’occupation du territoire».
Tous s’entendent pour remanier, restructurer, abolir certains organismes, se pencher sur les cartes des régions administratives et faire en sorte que les gens soient près du pouvoir et aient leur mot à dire. Sans jamais perdre de vue des habitudes et des manières de faire.
http://3.bp.blogspot.com/-O1WENjBCeag/ToBhBz22mOI/AAAAAAAAAkQ/8LalcLg_myY/s1600/t111.jpgOn suggère d’élire les préfets des MRC et les dirigeants de la Conférence des élus au suffrage universel. Il est assez étonnant de retrouver des maires et des conseillers à la CRÉ ou à la MRC sans que la population se prononce. On a vu les tiraillements à la MRC Lac-Saint-Jean Est lors de l’élection d’un préfet. La polarisation des secteurs nord et sud n’a jamais été aussi forte et la lutte laissera des séquelles.

Le point

Une belle manière d’explorer des pistes et de secouer un Québec qui, économiquement et politiquement, va de crise en crise sans arriver à se sortir d’un malaise qui frappe tour à tour la forêt, l’agriculture et provoque le dépeuplement des régions.
La «Coalition pour un Québec des régions» propose une mobilisation des jeunes et des citoyens qui sont de plus en plus indifférents à la gestion publique, croyant qu’il est impossible de changer quoi que ce soit. Elle propose aussi d’enchâsser cette nouvelle façon de faire dans une constitution typiquement québécoise. Les nations autochtones sont également conviées à participer à cette démarche démocratique en véritables partenaires. Un beau défi, une façon de relancer «les pays du Québec» qui se heurtera, on peut le parier, aux courtes vues des politiciens et à un appareil étatique allergique aux changements.
«Libérer les QuébecS» fait le point sur un sujet qui revient de façon endémique dans les discours des politiciens depuis trente ans


La décentralisation, selon René Lévesque

VERS UN CONSEIL DES RÉGIONS

La décentralisation selon René Lévesque

Extrait du Livre blanc de 1977
Tribune libre de Vigile
lundi 19 décembre 2011
400 visites 6 messages
L’idée de demander aux régions de se prononcer dès maintenant sur leur statut et leurs pouvoirs dans un Québec indépendant s’inscrit parfaitement dans l’esprit du Livre blanc sur la décentralisation rédigé en grande partie par René Lévesque en 1977 et dont voici un extrait. Ce dernier a été porté à l’attention de la population par Coalition pour un Québec des régions dans son livre Libérer les Québecs.

Introduction

Il est devenu urgent de réviser la répartition des pouvoirs au sein de notre collectivité. Cette révision doit se faire en rapprochant des citoyens les pouvoirs de décision et en revalorisant les autorités les plus près d’eux pour assurer l’ensemble des services qui affectent la vie de tous les jours. Une telle révision implique bien sûr des moyens financiers adéquats mais aussi un nouveau partage des pouvoirs et des responsabilités.
Cette révision, c’est la décentralisation.
Vue sous cet angle, la décentralisation consiste d’une part à redonner aux municipalités des moyens efficaces de s’acquitter de leurs tâches et de faire une gestion en accord avec les aspirations de leur population ; elle vise d’autre part à retrouver un cadre le plus près possible des citoyens où il sera facile d’opérer un transfert de responsabilités présentement exercées par le gouvernement.
Dans ce sens, la décentralisation implique essentiellement un nouveau partage des pouvoirs entre l’état et les collectivités locales responsables.
Il ne s’agit pas comme tel d’un déplacement géographique des services, de centres administratifs, ni de décentralisation d’activités dans un autre lieu géographique qui ne constituent en réalité d’une déconcentration ou une relocalisation. Ces diverses formes de réorganisation administrative permettent, en certains cas, d’atteindre des objectifs énoncés dans ce document ; elles demeurent aussi une préoccupation actuelle et tout aussi importante du gouvernement ; mais la décentralisation à laquelle réfère ce document est d’une toute autre nature.
Il s’agit plutôt de repenser la répartition des pouvoirs entre l’État et les instances locales de manière à faire jouer à chaque palier de gouvernement un rôle plus efficace dans l’organisation de la vie collective. Avec les défis nouveaux que posent aujourd’hui l’organisation du territoire, l’aménagement des villes et des campagnes, l’environnement et la pression sociale pour des services diversifiés en matière d’éducation, de santé, de services sociaux, de loisirs et de culture, il serait sans doute plus efficace et souvent moins coûteux de compter sur l’appui des citoyens et sur celui des instances les plus près d’eux. L’évolution et la diversité croissante des besoins qui s’expriment au niveau local permettent de croire que bon nombre de services et d’activités, présentement sous la responsabilité du gouvernement, peuvent se gérer de façon plus appropriée sur cette base tout comme il sera plus facile pour les citoyens de se donner, à ce niveau, des services et des activités adaptés à leurs aspirations.
En définitive, la décentralisation doit conduire à déplacer l’axe de mise en place des services et des activités qui affectent le cadre de vie immédiat des citoyens. Il ne s’agit plus d’opérer à partir du gouvernement central et de la perception que l’appareil gouvernemental se fait des besoins des citoyens et des collectivités locales, mais bien de fonctionner de la base elle-même, des citoyens et des instances locales. Pour y parvenir, il faut donner à ces instances et aux citoyens un cadre et des moyens d’agir de façon efficace, autonome et responsable. Mais il faut surtout que les populations et les élus locaux aient le goût de prendre en main l’organisation et la gestion de leur milieu de vie.
La décentralisation est donc un vaste projet collectif qui renouvelle la façon de vivre en société et de s’administrer. Une telle perspective ne peut s’introduire que par étape et en étroite collaboration avec les instances locales et la population. Afin d’en expliciter toutes les dimensions et de dégager le cadre de cette collaboration, trois questions fondamentales sont posées ici :
- la décentralisation, c’est quoi ?
- décentraliser, pourquoi ?
- décentraliser, pour faire quoi ?

La décentralisation, c’est quoi ?

La décentralisation est une conception démocratique de l’organisation sociale et politique fondée sur un nouveau partage des pouvoirs et des responsabilités entre les divers paliers de gouvernement. Elle s’exprime aussi bien par une façon différente de vivre ensemble et de fonctionner dans la société que par un réaménagement des pouvoirs. Reprenons l’une et l’autre de ces dimensions.
La décentralisation, une façon différente de vivre ensemble
La décentralisation fait appel à une façon différente de participer à la vie collective. Cette façon différente repose sur un certain nombre de postulats qui doivent inspirer les relations des citoyens avec leur communauté immédiate d’appartenance ainsi qu’avec leurs institutions. Ils doivent également influencer les rapports entre les diverses institutions et entre les divers paliers de gouvernement.
Un appel à la créativité
La décentralisation, c’est d’abord un acte de confiance envers les individus et un appel à leur créativité. Elle repose essentiellement sur la conviction que les citoyens seront plus en mesure de définir eux-mêmes leurs besoins et de répondre avec originalité et invention à leurs aspirations s’ils exercent une prise directe (ou par l’intermédiaire de leurs instances locales) sur le production des services et activités qui les affectent quotidiennement. C’est par la prise en charge et l’exercice de responsabilités que peut le mieux s’exprimer la créativité. Lorsque tout est décidé ailleurs, à distance, et est soumis à des normes, la marge d’action et d’imagination pour les personnes concernées, qu’ils soient élus, administrateurs ou simples citoyens, est fort restreinte. Il est difficile dans un tel contexte de trouver les motivations nécessaires pour consacrer temps, énergie et invention à chercher des solutions susceptibles d’être mises en œuvre. Il faut pouvoir exercer un certain contrôle sur les conditions de réussite d’un projet pour simplement le tenter. D’autant plus que plusieurs de ces projets ne sont souvent possibles, rentables et significatifs, que sur une base géographique locale ; pensons aux caisses d’entraide économique, aux coopératives agricoles, ou encore aux coopératives d’habitation. C’est souvent sur cette base locale que l’on trouve les motivations et les appuis nécessaires pour formuler des projets qui profitent par la suite à l’ensemble de la collectivité.
Une assise pour des solidarités nouvelles
La décentralisation, c’est aussi l’assise de solidarités nouvelles tant au niveau des milieux de vie quotidienne que dans la définition et l’organisation de services communautaires. La vie moderne nous oblige à de nombreuses solidarités : solidarité dans le travail et l’activité professionnelle ; solidarité également dans l’engagement politique ; solidarité et interdépendance aussi dans nos milieux de vie. Ces dernières ne s’expriment pas uniquement par l’intermédiaire des relations de bon voisinage ; elles revêtent de plus en plus des formes complexes qui touchent aussi bien notre environnement physique ou architectural, que le parcours qu’on emprunte pour aller à son travail, le centre de loisirs ou l’endroit de villégiature, le centre d’achat habituel, etc.
Dans ce contexte, est-il si étonnant que le village, le quartier donnent naissance à des nouvelles solidarités et de nouvelles mobilisations ? Est-il si surprenant de voir au niveau d’une ville, d’une région, d’un comté ou autour d’un lac, apparaître des zones nouvelles d’intérêts, d’échanges et de communication entre les citoyens ou entre les groupes ? Souvent ces solidarités se cristallisent dans des organismes de défense d’intérêts sans pouvoir s’inscrire ou se canaliser dans des institutions appropriées. La décentralisation, en reconnaissant plus de pouvoirs aux municipalités et aux comtés peut servir de point d’appui pour ces solidarités nouvelles.
Une confiance partagée
La décentralisation est l’occasion d’affermir la confiance des citoyens dans leurs institutions.
Cette confiance, si elle doit être un état d’esprit partagé, doit également s’inscrire dans les mécanismes de fonctionnement des institutions et dans les règles qui gouvernent l’exercice démocratique des administrations locale, régionale et nationale. Il importe en quelque sorte que la confiance des citoyens à l’égard de ses représentants se manifeste régulièrement dans la gestion des affaires publiques non pas seulement à période fixe au moment de l’élection.
Il en va de même des interrelations des instances décentralisées et de celles-ci avec l’État. Chaque instance ou chaque niveau de gouvernement doit pouvoir dans les domaines de ses responsabilités et de ses prérogatives compter sur le respect des autres centres de décision. Dans les domaines connexes et concurrents, il doit être en mesure de discuter et de négocier en toute confiance et d’adopter lui-même une attitude d’ouverture et de respect.
La décentralisation s’appuie sur une confiance partagée par tous et à tous les niveaux de gestion.
Un esprit de dialogue
La décentralisation s’accommode difficilement de décisions arbitraires et de prises de position autoritaires et unilatérales. Elle ne peut opérer efficacement que dans un climat de confiance partagée et un esprit de dialogue. Ce qui implique que l’administration à tous les niveaux s’effectue dans l’ouverture, l’information et l’écoute des réactions des contribuables ou des instances des autres paliers.
Pour l’État et ses organismes, les décisions qui affectent les instances décentralisées doivent être prises en collaboration avec elles. Des mécanismes de discussion et de coopération doivent d’ailleurs s’instaurer conjointement pour assurer un consécration réelle de cette concertation et de ce dialogue.
De même, entre les citoyens et les divers paliers de gouvernement, des canaux d’information et de réaction doivent être établis pour assurer un franc esprit de dialogue. Il ne faudrait pas croire pour autant qu’un esprit de dialogue va faire disparaître les relations de pouvoir ou l’expression de points de vue divergents. Il peut cependant permettre un harmonisation plus efficace et mieux adaptée des discussions et des choix.
Un goût de prendre des responsabilités
La décentralisation, parce qu’elle valorise l’autonomie et les pouvoirs exercés sur une base locale ou régionale, peut inciter un plus grand nombre de citoyens à assumer des responsabilités collectives. En outre, elle donne à tous ceux qui sont d’ores et déjà impliqués dans la gestion des services publics, des motifs nouveaux d’aller plus loin dans leur engagement.
Il n’est pas très stimulant pour des représentants élus par leurs concitoyens et obligés de leur rendre des comptes de se retrouver dans une situation d’incapacité ou de quasi-paralysie faut de moyens d’action. Plusieurs élus locaux seraient en mesure de faire état de quelques expériences malheureuses à cet égard. Combien de citoyens se sont abstenus d’assumer des responsabilités dans leur milieu parce qu’ils n’y trouvaient pas une motivation suffisante pour y consacrer de l’énergie et plus souvent qu’autrement, des heures de loisir.
Il est vrai que confier plus de pouvoirs aux instances décentralisées va exiger une transformation de certaines pratiques administratives au niveau local. Un accroissement de pouvoirs implique un accroissement de responsabilités qui, elles, supposent l’obligation de faire des choix et de les assumer.
Un respect des différences
La décentralisation reconnaît aux collectivités locales le droit de définir elles-mêmes et selon les asp0irations de leur population, le nombre et le type de services et d’équipements qui leur conviennent le mieux. Si l’Ét5at se préoccupe de définir et d’élaborer des politiques susceptibles d’offrir à tous les citoyens une gamme de services essentiels qui s’adressent à tous les Québécois, il laisse aux diverses collectivités locales le soin de choisir elles-mêmes ceux qu’elles veulent se donner, si elle juge qu’il n’est pas absolument indispensable par exemple d’avoir à fournir les mêmes services de santé, non plus qu’une répartition uniforme de ceux-ci. S’il est essentiel de doter les localités d’un service adéquat de protection contre les incendies, il n’est pas nécessaire que chaque localité ait les plus gros camions d’incendie. Chaque collectivité doit être en mesure de fournir l’éventail (piscine, aréna, etc.) et le type de services qu’elle peut donner compte tenu de ses contraintes financières. Il sera ainsi plus facile pour chaque collectivité de mieux faire correspondre ses activités et ses services avec les conditions de leur milieu géographique ou social.
Les diverses facette et fondements de la décentralisation mènent à une nouvelle façon de vivre en société. Le citoyen serait à la fois un membre à part entière de sa communauté locale ou de comté ainsi qu’un agent de son développement.
La décentralisation, un réaménagement des pouvoirs
La décentralisation est plus qu’une façon différente de vivre ensemble ; c’est aussi une façon différente de répartir les pouvoirs et les responsabilités à l’intérieur de la société ainsi que de retrouver un nouvel équilibre.
La décentralisation envisagée pour le Québec correspond à un réaménagement des pouvoirs et des responsabilités entre divers paliers de gouvernement dans le sens suivant : valorisation des instances municipales, renouvellement des municipalités de comté et ajustement du rôle de l’État.
Valorisation des instances municipales
Les municipalités existent ; elles ont des pouvoirs et des responsabilités. Encore faut-il qu’elles aient des moyens efficaces d’agir d’une façon autonome. C’est pourquoi la décentralisation passe par l’attribution aux municipalités de moyens et de revenus devant leur permettre de décider elles-mêmes des services qu’elles veulent donner. D’ou la réforme de la fiscalité municipale visant à doter les municipalités des sources de financement plus autonomes.
La valorisation des instances locales doit conduire à un renforcement du sentiment d’appartenance des citoyens à leur communauté locale ainsi que leur participation aux décisions qui se prennent à ce niveau. C’est dans cette perspective que la révision des règles et mécanismes de démocratie locale a été entreprise.
Il ne faut pas écarter la possibilité de confier d’autres pouvoirs et moyens aux instances locales afin de leur permettre d’assumer plus facilement leur rôle. C’est d’ailleurs dans la perspective d’élargir l’emprise des municipalités sur les services et équipements qui leur sont quelquefois difficiles à gérer que la transformation du cadre institutionnel et politique des municipalités est envisagée et requerra leur participation.
Un renouvellement du cadre institutionnel et politique des municipalités de comté de manière à en faire des instruments modernes de développement communautaire.
La gestion appropriée de certains services, c’est-à-dire une gestion qui soit économiquement possible et qui évite les duplications et les chevauchements, ne peut pas toujours d’opérer strictement sur la base des municipalités. Les nouvelles communautés qui se sont formées ou qui se formes sous la pression des besoins nouveaux de la population et qui peuvent être considérées comme des communautés de services susceptibles d’affecter plusieurs aspects de la vie quotidienne des citoyens et de leur fournir un cadre et un milieu de vie correspondant à leurs attentes, débordent le cadre municipal. Ce cadre supramunicipal doit constituer une véritable région communautaire où il sera possible sur la base d’une population plus large de se donner des services et des équipements plus adéquats.
Cette région communautaire, si elle déborde le cadre municipal, elle ne peut cependant avoir les dimensions d’une région administrative. Celle-ci en effet paraît trop vaste pour être le point d’appui des services quotidiens aux citoyens. Qu’y a-t-il de commun entre les citoyens des Iles-de-la-Madeleine et ceux de Rimouski dans la région 01 lorsqu’ils s’agit d’implanter un hôpital ou d’établir une garderie ? En quoi un citoyen de Saint-Félix-d’Otis se veut-il solidaire du citoyen de Saint-Félicien dans la région 02 en ce qui concerne l’implantation d’un centre local de services communautaires ? Manifestement, la région administrative ne peut pas constituer la « petite région » dont on cherche à délimiter les contours à laquelle les citoyens spontanément adhèrent.
Les comtés municipaux, transformés et élargis de manière à intégrer les villes et à former des entités socio-économiques réelles, constituent la base de ces petites régions. Les comtés municipaux demeurent d’ailleurs l’une des institutions les plus fortement ancrées dans notre histoire. Ils peuvent par des ajustements et un renouvellement de leurs structures, dans le sens de la continuité plutôt que de la rupture, constituer un palier de gestion dynamique et moderne, puisque c’est à ce niveau que s’organisent déjà plusieurs services et que s’établissent certains équipements et puisque c’est également à ce niveau que pourraient se rentabiliser plusieurs activités et s’exercer éventuellement des fonctions nouvelles. En somme, le comté municipal transformé peut devenir un interlocuteur moderne, capable de gérer un large éventail de services et d’accueillir valablement et efficacement une véritable décentralisation de certaines responsabilités présentement exercées par le gouvernement.
En milieu métropolitain, le rôle joué par les comtés pourrait être assumé soit par les communautés urbaines, soit par des villes restructurées, soit enfin par des arrondissements, organismes moins étendus que les communautés urbaines mais regroupant plusieurs municipalités.
Un réajustement du rôle de l’État
Le réajustement du rôle de l’État va s’effectuer par une réévaluation de son rôle et par une clarification de ses relations avec les collectivités locales.
Il s’agit en fait, à partir de ce que l’on pourrait désigner comme un parti-pris de décentralisation, de mettre en place un processus par lequel l’État cèderait, graduellement et sur un période relativement étendue, certaines de ses fonctions au profit des comtés municipaux et des municipalités, c’est-à-dire là où la participation directe des citoyens à leur gestion peut être assurée adéquatement. Il apparaît en effet nécessaire de recentrer l’action de l’État sur son rôle fondamental, c’est-à-dire l’exercice du leadership dans l’établissement de l’orientation des politiques générales et dans la planification d’ensemble.
Les relations entre l’État central et les gouvernements locaux passeraient alors de l’ère de la gestion « à coup de subventions » et des décisions unilatérales, pour entrer dans celle de la gestion des responsabilités liées et conjointement assumées dans la confiance et le respect réciproques.
En somme, sous cette idée de décentralisation, une volonté claire s’affirme de réadapter les divers paliers de gouvernement dans le sens d’un plus grand rapprochement des centres de décision des citoyens. Ce réaménagement conduit en définitive à faire de l’État un lieu de convergence des aspirations collectives et un outil d’orchestration des grands objectifs sociaux, culturels et économiques du pays, ainsi qu’à faire des municipalités et des comptés renouvelés des lieux de reprise en main par les citoyens de leur développement communautaire. C’est à travers ces institutions locales revivifiées que pourra le mieux s’exercer l’emprise des citoyens sur la définition de leurs besoins, sur l’établissement des services et équipements susceptibles de les satisfaire et sur l’organisation de ces services

Qui est André Larocque en rapport avec la réforme de la démocratie?

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/335307/un-projet-radical-le-pouvoir-aux-citoyens

Une critique de la démocratie, ici:

http://www.journalensemble.coop/article/2012/12/comment-passer-de-spectateurs-acteurs/306


Allocation d'ouverture, Forum sur la démocratie, par André Larocque.

https://www.youtube.com/watch?v=LFm91Oagw0w

La reconquête du Québec, par Roméo Bouchard:

http://www.lautjournal.info/default.aspx?page=3&NewsId=3437


et: Merci à la Gaspésie, de la part du Québec:

http://www.unionpaysanne.com/actualites/563-la-gaspesie-source-dinspiration-pour-le-quebec

Qui est Roméo Bouchard?

Roméo Bouchard est un grand homme québécois, un leader, un grand écrivain prolifique et original.
Wikipédia ne donne pas tous les livres qu'il a écrits. Il manque au moins: La reconquête du Québec et Constituer le Québec, pistes pour une véritable démocratie.  Il a co-écrit avec la Coalition pour un Québec des régions: Libérer les Québecs, Décentralisation et démocratie.
Il a été un des premiers agriculteur biologique du Québec et le fondateur de l'Union Paysanne. Il a travaillé fort, mais sans succès apparent, pour la réforme de l'agriculture, via l'acceptation du Rapport Pronovost, qui ne s'est pas faite, mais qui a bien failli l'être, si le Ministre qui avait l'intention de l'accepter n'était décédé du cancer, si jeune...

Wikipédia:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rom%C3%A9o_Bouchard

et un article sur sa pensée:

http://www.vigile.net/Pour-une-reforme-en-profondeur-de

Coalition pour la Constituante, par Roméo Bouchard, 2012.

https://www.youtube.com/watch?v=7-ClRZVQ77k

La journée internationale de la démocratie, par Roméo Bouchard

https://www.youtube.com/watch?v=6L7KxX1gbXE

Le Projet Papineau pour une démocratie directe sans partis,par Roméo Bouchard

L'énergie est centralisée, comme l'État québécois. Il faut pour les deux une décentralisation pour un chantier démocratique. Voir le livre: Libérer les Québecs. Décentralisation et démocratie.

https://www.youtube.com/watch?v=S-s962EvXA8

et:

https://www.youtube.com/watch?v=qh9Pv46Wi5M

Bien commun, via Michel Chartrand

https://www.youtube.com/watch?v=UmHiDLLpXNo

Quartiers en santé : Coop santé

http://w3.uqo.ca/giresss/docs/cahier20cooperativequartiersensante_Lapierre.pdf

Réflexion sur les coop. santé

http://www.eve.coop/?a=149

Coopératives de santé, ateliers

http://w3.uqo.ca/giresss/docs/cahier18ateliercooperative_Lapierre.pdf

Le revenu de base pour un travail qui a du sens!

https://www.youtube.com/watch?v=5enljAk_FlQ#t=11

Santé vous bien... dans votre municipalité!

http://www.coopdesanterobertcliche.com/fr/hans-kai

Transition à la Robin

http://www.arte.tv/sites/fr/robin/2014/12/25/la-premiere-etape-vers-la-transition-dessinez-une-ile-imaginaire/

vendredi 20 mars 2015

Ordre du jour, prochaine réunion de l'assemblée constituante provisoire région Montérégie, bienvenue!

Atelier constituant régional – Montérégie 16

Proposion d'ORDRE DU JOUR

Le 29 mars 2015,  à 9 h 30

Au 340, rue Saint-Charles à Longueuil (Entrée 341 rue Longueuil)




1.    Ouverture de l’assemblée (une minute de silence)

2.    Choix d'un président et d'un secrétaire d'assemblée

3.    Tour de table et présentations (s'il y a de nouveaux participants)

4.    Lecture et adoption de l’ordre du jour

5.    Lecture et adoption du procès-verbal du 1er mars 2015

6.    Suivi du procès verbal du 1er mars 2015

6.1 Fonds pour le comité web
6.2 Macarons
6.3 Bibelots et tirages de René-Philippe Viens
6.4 Signets/feuillets lors d'événements
6.5 Présentations
6.6 Pétition pour l'Assemblée nationale
6.7 Ateliers d'écriture

1.    Discussion sur un point de l'ACRQ

« Mobiliser un maximum de citoyens pour exercer des pressions significatives sur l’ensemble des candidats aux élections pour qu’ils s’engagent à instaurer une Assemblée constituante citoyenne. »

2.    Archives audio-visuelles

3.    Distribution de notre discours

4.    Débat sur la question de la dette québécoise

5.    Recrutement

      10.1 Projets déjà en cours
      10.2 Brainstorming

6.    Varia


7.    Clôture de l’assemblée